"VOIR CE N'EST PAS CROIRE RESSENTIR C'EST CROIRE"
RAPID AUTODEFENSE SYSTEM (R.A.S).

RAPID AUTODEFENSE SYSTEM (R.A.S)

Ce concept permet de palier à l’évolution technique et grades au sein de TCKM notamment en krav-maga à partir de la ceinture noire 2è degré krav-maga TCKM.

En effet certains instructeurs « purement » issu du monde civil n’ont pas eu l’opportunité de se former dans le domaine du tir, du Kapap, du secourisme tactique, du bâton télescopique, de la protection rapprochée, du Tonfa Pro et de ce fait ne peuvent évoluer comme le mentionne le programme TCKM krav-maga.

Ces instructeurs ayant une forte expérience dans d’autres domaines de la self défense ( ninjutsu, karaté défense, boxe pieds poings, jujitsu, MMa etc.) ne peuvent être pénaliser d’autant plus s’ils souhaitent rejoindre TCKM.

Un module "clés" sera rajouté ainsi que contrôle avec plusieurs partenaires ( technique professionnelle adaptée sans menottage). 

Une équivalence de grade pourra donc être effectuée pour les instructeurs et professeurs dans les disciplines reconnues comme « self défense »par TCKM .

Ceinture noire 1°degré Krav-maga + DIF ( voir programme grades)                                Ceinture noire 2°degré RAS ,ceinture noire 3°...........Ceinture noire 6°                             Instructeur: de 1°degré à 2°degré                                                                                               Instructeur -Chef : de 3° à 4°degré                                                                                    Professeur :  à partir de 4°degré                                                                                                 Pas de niveau de ceinture pour les élèves.                                                                                   le programme étant identique au krav-maga jusqu'à l'obtention du DIF krav-maga.                 Les instructeurs krav-maga disposant des qualifications dans les domaines demandés pour accéder aux niveaux supérieurs "krav-maga TCKM" n'auront pas d'équivalence en R.A.S

HISTORIQUE DU KICK-BOXING

Un sport de combat né à Tokyo. Ce sport de combat pieds – poings est né au Japon après les jeux Olympiques de Tokyo en 1964 avec le coup de genoux direct (sans saisie).
Le Kick-Boxing nécessite une maîtrise totale et est reconnu comme un sport à part entière.
Il est validé par une fédération agrée, la FFSC / DA représenté par des Equipes de France et pratiqué par une multitude de clubs. Les rencontres sont régies par des catégories de poids et de participants (amateurs, professionnels).
Le pratique du Kick-Boxing nécessite un contrôle de soi parfait, une énergie et une concentration colossale. La puissance et parfois la peur ou l’agressivité sont canalisées et maîtrisées. C’est un sport complet où l’on apprend à se dominer et qui donne une image différente du « contact » que l’on peut avoir avec les gens. En combat, l’autre, bien sûr, est perçu comme un adversaire, mais avec respect et l’attention portée à son maximum. Les jeunes d’aujourd’hui ne s’y sont pas trompés et s’enthousiasment pour ce sport.
Du fait que le Kick-Boxing provient de la fusion de deux arts anciens : la boxe anglaise et le karaté kyokushinkai, il apparaît comme un sport du futur, adapté à l’évolution de notre société et au besoin d’expression de notre jeunesse.
Elle y voit un moyen de communication où chacun peut trouver sa place et s’épanouir.

les disciplines associees 

Cardio Kick-Boxing
Améliore et développe le potentiel cardio-vasculaire des usagers, en utilisant un support musical.
Fait venir au Kick-Boxing des pratiquants qui redoutent les sports de combats et notamment des femmes.
Les enchaînements sont travaillés sur un rythme musical en plus de la coordination.

Kick-Boxing Défense                                                                                                                  Cette discipline représente une orientation spécifique, non compétitive, visant à permettre à tous d'être à même d'assurer la défense de soi-même ou d'autrui.                                                 Chacun devant faire usage de ses capacités acquises dans le cadre de la légitime défense.

Kick-Boxing Light
Assaut jugé uniquement sur la technique. Une protection totale est obligatoire en compétition.
C'est une forme de rencontre à la touche où toute puissance des coups et de recherche du KO est INTERDITE.
 

K1 Rules

 Le « K1 rules » de la FFSCDA, en tant que discipline délégataire, s’appuie sur les règlements du K1 rules de la WAKO, en tant que Fédération Internationale de référence.

- Ainsi, la tenue obligatoire est le short (+ brassière féminines).
- Les « low kick » sont autorisés et les coups de genoux directs également.
- Les saisies sont également autorisées au niveau du cou, mais uniquement dans le but de donner un coup de genou. Un seul coup de genou par saisie et par boxeur est autorisé.                           La saisie doit durer moins de 5 secondes.
Pour pratiquer le K1 rules il faut être licencié à la FFSCDA, et satisfaire aux examens médicaux d’usage.
 

HISTORIQUE DU KORYU-BUJUTSU

Koryu signifie littéralement " vieil écoulement " et est utilisé en japonais pour se rapporter à des anciens styles, écoles, ou traditions (pas nécessairement seulement dans les arts martiaux).        La traduction en français la plus simple de ce concept est " classique".

Bujutsu est un des termes Japonais signifiant arts martiaux ou techniques (je n'entrerai pas dans les considérations de jutsu/do ici; il y a des différences entre les arts "do" et les arts "jutsu" mais ils ne sont pas aussi importants que cela, à mon avis).                                                                    Ainsi, combinant les deux, vous obtenez "arts martiaux classiques " (du Japon).                              Ceci mène à la prochaine question: Qu'est-ce précisément un art martial classique japonais?Malheureusement, il est impossible de fournir une définition précise. Certains utilisent la date de 1876, quand l'acte interdisant le port des sabres (Haitorei) a été promulgué, comme ligne de division entre les arts martiaux classiques et modernes.                                                         D'autres préfèrent utiliser le terme de " koryu bujutsu" seulement pour les arts martiaux développés pour l'usage réel sur le champ de bataille et placer ainsi la limite au seizième siècle et avant.      Les traditions classiques (quelle que soit l'époque) ont plusieurs caractéristiques définies.        Elles ont été développées par et pour le bushi (classe de guerrier), et elles ont une certaine lignée qui les rattachent, via les maîtres (menkyo kaiden ou équivalent) au fondateur de la tradition. Ceci est "l'âme" de la tradition; bien qu'il puisse y avoir des branchements (dans certaines traditions, il est de mise que chaque génération trouve ses propres "sous-tradition"), en général la structure est un seul "écoulement" d'un (habituellement) instructeur principal vers des étudiants et la prochaine génération.                                                                                                                                        Le rapport de étudiant-professeur est primordial à la transmission des techniques, et ces techniques ont été au initialement conçues pour assurer la victoire sur le champ de bataille.             Les systèmes qui ne montrent pas toutes ces caractéristiques ne sont probablement pas des koryu. 

Classique contre moderne

Dans la pratique actuelle, aussi bien au Japon qu'en Occident, koryu bujutsu est utilisé pour se référer - plutôt vaguement - aux arts martiaux plus anciens du bushi ou samouraï. Habituellement l'emphase est mise sur les différences entres les "systèmes classiques" et les "gendai budo" (arts martiaux modernes), comme le judo, le kendo classique, et l'aïkido.                                             Ces arts modernes ont tous une certaine connexion aux systèmes plus anciens de combat de la classe des guerriers: le judo, par exemple, dérive principalement du Tenjin Shinyo-ryu jujutsu et du Kito-ryu jujutsu; le kendo vient d'un certain nombre de koryu traditionnels de kenjutsu.                Les arts martiaux modernes, qui ont été développés après la suppression de la classe des guerriers, peuvent être enseignés à de grands groupes, et sont conçus pour instruire et développer l'être d'humain dans son ensemble.                                                                                     Développé par des guerriers pour des guerriers

D'autre part, les koryu (comme nous le disons parfois pour faire plus court) étaient principalement des arts créés par et pour la classe de guerrier de la période féodale du Japon.                  Quelques traditions existent toujours qui ont été utilisées réellement sur les champs de bataille du Japon "pre-Tokugawa", et dans ces systèmes, l'efficacité de la technique de massacre est encore primordiale.                                                                                                                               D'autres traditions ont été développées pendant la paix du shogunat de Tokugawa pour aider les guerrier devenus bureaucrates à maintenir un certain niveau de compétence de combat; encore d'autres ont été créées dès le début pour être des "disciplines", avec plus d'emphase sur les avantages spirituels que sur des qualifications techniques utiles au combat.                              Ainsi, les koryu existent (aujourd'hui comme dans le passé) dans un continuum de buts, tout comme celui des arts martiaux américains modernes.                                                                  Pour la plupart, cependant, les techniques du koryu maintiennent toujours un élément du danger; la vitesse protectrice n'est pas typiquement utilisée.                                                                        La sûreté est moins importante que l'efficacité; bien que des armes en bois soient habituellement utilisées au lieu de vraies lames en acier, celles-ci peuvent toutefois aussi faire des dommages considérables si une erreur est commise, et on apprend à repousser ses limites.

L'originalité de la structure sociale japonaise

Ce qui distingue les koryu le plus clairement des disciplines modernes est la structure sociale du ryu -- qui est un édifice très particulier et qui ne peut pas être truqué (voir la revue "Geisha", pour plus d'information). Bien qu'il y ait des succédané de koryu made-in-the-USA, qui paradent avec des hiérarchies rigides et des semblants raffinés d'autorité à la japonaise, n'importe qui ayant travaillé dans un koryu véritable peut repérer la fraude. Dans les véritables traditions des koryu, la culture et la technique font partie d'un entier cohésif qui inclut le directeur, les règles traditionnelles, et un code du comportement unique.                                                               Puisqu'il n'y ait pas possible d'apprendre/enseigner uniquement les techniques d'un koryu à l'exclusion du reste (et il y en a qui le font: le style de conférence ouverte, si populaire en occident, en est un bon exemple), le résultat est, à mon avis, une parodie tant de la richesse technique que spirituelle trouvée dans ces traditions antiques.

Le rapport de Etudiant-Professeur

Ce que cela signifie, en pratique, est que si vous ne pouvez pas aller passer une décennie ou plus en formation au Japon, vous DEVEZ chercher quelqu'un qui l'a fait.                                            Pour participer entièrement au koryu vous devez être en contact direct, par votre professeur si besoin en est, avec le directeur (soke) ou tout autre instructeur entièrement autorisé (le menkyo kaiden ou équivalent). Le rapport entre l'étudiant et le professeur est le noyau de la structure sociale et de la transmission technique. Sans lui, vous pourriez aussi bien apprendre à jouer aux puces (sans vouloir aucunement offenser les joueurs de puces sérieux)! Chaque étudiant est pris en charge individuellement, et aucun n'apprend les mêmes choses dans le même ordre ou au même rythme. Au lieu des catégories dan caractéristiques des arts modernes, le professeur émet un certificat traditionnel -- et ce processus n'est pas normalisé ni codifié. Quand le professeur juge l'étudiant être prêt, on accorde le certificat.

Stage Ninjutsu et Kobudo avec Yannick THEOLADE et Maitre CLARAC Guyane
Stage Ninjutsu et Kobudo avec Yannick THEOLADE et Maitre CLARAC Guyane

compteur internet